Category

Organisation

Category


J’avoue être très en mode type A en ce moment… Qu’est-ce que ça veut dire? Je pars en vrille, en mode stress total, le coeur qui tape, le cerveau qui fonctionne à cent à l’heure. Je me mets un maximum de pression, je n’arrive pas, ou très mal, à me détendre. Ca m’arrive assez souvent pour être honnête. J’y travaille beaucoup, mais ça n’est toujours pas totalement gagné. La définition du type A, vous la trouvez ici. Il semble que ça soit un concept plus répandu dans les milieux anglo-saxons, ce qui fait qu’une majorité de sites sont en anglais. Mais, en résumé, un type A, c’est :

La personnalité de type A a été définie par Meyer Friedman (en) et Ray Rosenman en 1959 comme une conduite caractérisée par une hyperactivité, un sentiment d’urgence, un énervement facile, ou un hyper-investissement professionnel.L’individu au comportement de type A se caractérise par le besoin de contrôler son environnement afin de réduire son incertitude1 . Ces attitudes augmentent les risques de vivre des conflits interpersonnels. Souvent, il place la barre haut: il a des exigences élevées tout en manifestant un sens de l’autocritique très poussé par rapport à ses accomplissements. On dénote des attentes irréalistes de perfection incompatibles avec le droit à l’erreur (croyance irrationnelle établie par Ellis). Source Wikipedia. 

Voilà… c’est un peu, assez, beaucoup moi, même si il semble que ça peut passer assez inaperçu dans mon entourage.  J’avais envie d’écrire ce billet pour tenter de désamorcer le truc, essayer d’en rire à l’avenir. Vous verrez donc ici ou là dans mes billets une référence à ce trait de personnalité et j’aimerais beaucoup être capable de me dire : Mireille, c’est ton type A qui frappe là! De mettre des mots sur ce phénomène me semble déjà énorme. Ca met de la distance. Ca externalise le problème d’une certaine façon… Je le trouve tout-de-suite moins compliqué à gérer.

Comment je le gère d’ailleurs? C’est un équilibre assez difficile à trouver. J’aime avoir des buts, y travailler. Ma difficulté première est de m’arrêter, de dire « c’est bon, c’est assez »!  Ici, c’est toujours du work in progress, mais à ce stade, j’ai découvert deux-trois choses qui fonctionnent assez bien pour moi:

  • Je ralentis. Quand j’ai pris conscience de mon emballement (nervosité, tensions, impatience, agressivité… du stress quoi!), je ralentis. M’arrêter serait est idéal, mais un idéal justement. Irréaliste et trop stressant pour moi à ce moment-là. Ralentir est un bon compromis. Je réduis le nombre de choses sur ma todo liste et m’octroie des plages de repos : relaxation, série télé en pleine après-midi sont de simples mais bons outils. 
  • Je choisis des activités recentrantes, presque méditatives comme le crochet et le dessin. Toutes les activités qui demandent une légère concentration et qui permettent à l’esprit de se focaliser sur une chose simple et ainsi de se calmer. 
  • Je prends le temps de m’organiser soigneusement, de prévoir ces temps de repos, de tenir compte de mes besoins du moment, d’être très vigilante à la masse « de choses à faire ». Je m’oblige à procrastiner consciemment et à remettre à plus tard ce qui peut l’être. 


Je ne terminerai pas sans préciser que si je souffre parfois de ce type A quand tout cela s’emballe, je dois reconnaître que, sous contrôle, j’ai le sentiment d’avoir un superbe moteur à l’intérieur. Il me pousse à explorer de nouveaux territoires, me donne de l’énergie et de l’élan, une forme d’audace, l’envie de toujours apprendre et découvrir. Et ça, c’est infiniment précieux. 

Cela fait quelques semaines que je mentionne ici et là mon Bullet Journal… je crois que c’est le moment que je vous en dise un peu plus!


Pour ceux qui viennent régulièrement sur ce blog, ma passion pour l’organisation, les listes en tout genre, les agendas et autres carnets ne vous ont sans doute pas échappé? J’adore ça! C’est mon côté « type A » probablement, le sentiment de pouvoir contrôler un peu de cette vie qui ne nous échappe tout le temps… C’est d’ailleurs en cherchant à améliorer mon organisation que j’ai découvert le concept du Bullet Journal. Plutôt que de me lancer dans de grandes explications, voici une vidéo faite par celui qui l’a mis au point, Ryder Carroll :


Le lien vers le site : http://www.bulletjournal.com

Ryder Carroll dit de son Bullet Journal (bullet = puces in french!) que c’est un système analogique dans une époque du tout digital, que c’est pour les faiseurs de listes, pour ceux qui griffonnent des notes de toute sorte à longueur de journée, bref : pour moi! Je me suis donc lancée dans ce système à la mi-octobre. D’abord en parallèle à mon agenda, puis complètement. Je ne fonctionne plus qu’avec lui à présent. En résumé donc, il s’agit d’un système permettant de s’organiser et de prendre des notes, mais aussi de retrouver facilement ce que l’on a noté. Il permet aussi d’identifier et de se focaliser davantage sur ce qui est vraiment important pour soi à ce moment. Tentant, non? Et la bonne nouvelle, c’est que pour commencer, rien de plus simple : il vous suffit de vous munir d’un carnet et d’un stylo. 

Voici quelques liens vers des explications intéressantes : 

Ce que j’aime particulièrement, c’est que je suis chez moi dans ce carnet. Au contraire d’un agenda où les rubriques dorment et s’oublient finalement assez facilement, dans ce journal, je fais des aller-retour, je compulse, je tourne, je note, je repère, je renote. Tout y est repris et re-repris. Ce qui peut au départ passer pour une perte de temps, je le vis comme une façon d’être concentrée sur ce qui est important. Focus comme disent les anglophones (j’adore ce mot!) : contenue, concentrée. Tout y est. Là où mon esprit se dissipent et se disperse, ce carnet me rassemble.  Il fait avec mon esprit ce qu’il fait très concrètement avec mes notes : il les rassemble en un endroit. Je l’ai toujours avec moi et m’y réfère à tout moment de la journée. Il est aussi totalement flexible, ce qui fait qu’on peut toujours en changer, le laisser évoluer, en faire ce qu’on veut. Il n’est pas figé en rubrique comme un agenda. On peut essayer une façon de faire et tout modifier si cela ne nous convient pas ou plus. C’est totalement vivant et organique. J’aime donc mon Bullet Journal! Et vous, cela vous tente? 
————————-

Let me tell you about my Bullet Journal… For the faithful readers, you may notice that I’m a little bit obsessed by lists, organisation and agenda. I’ve discovered the Ryder Carroll’s Journal some months ago and I fell in love with it. This is a video to introduce it : 


So it’s « for the list-makers, the note-takers, the Post-It note pilots, the track-keepers, and the dabbling doodlers. Bullet journal is for those who feel there are few platforms as powerful as the blank paper page. It’s an analog system for the digital age that will help you organize the present, record the past, and plan for the future ». Sounds good? 
These are some links to interesting posts to deepen the subject : 
What I do love especially is that I feel at home in this Journal. I turn the pages, again and again. I walk in this journal, I almost live in this journal! Every important things about me are in it! It really helps my busy mind to keep focus and that’s so precious. What may seem as a waste of time, to note and re-note and re-re-note, is instead a powerful way to focus and get organized. It’s also a very organic way to do so. You can change your way of doing it at any time. It’s not fixed at all as it can be in an agenda. 
So you’ve got the idea : I love my Bullet Journal. And what about you? Will you give it a try?




Je suis fière de vous présenter le premier tampon à la boutique! J’ai envie en ce moment de créer une petite série autour du thème « Faire un peu de place ». Parce que ça me semble si essentiel de faire un peu de place, pour respirer, pour se détendre, pour se ressourcer, pour profiter de la vie et se sortir de « toutes ces choses qu’il y a à faire ». Faire de la place pour ce qui compte, prendre un peu de recul. Ce timbre, je l’ai d’abord imaginer pour moi, moi qui suis une obsessionnelle de l’agenda et des listes, j’ai besoin de me rappeler de m’arrêter… Alors, un tout petit timbre, idéal pour un format A5 comme ici, et joli comme tout, monté sur un support en bois. Il n’y a plus qu’à s’arrêter, respirer et faire un peu d’espace… si c’est mon agenda qui me le dit!
—————————————————————————————————–
I am proud to present the first stamp in the shop! I’m actually working on a small series on the theme « Make a little space. » Because it seems so essential to make a little space to breathe, to relax, to enjoy life and get out of « all these things to do. » Make space for what matters, to take a step back. This stamp, I first think it for me : as an obsessive agenda and lists maker, I need to remind me to stop … A little stamp, ideal for an A5 agenda, as here, mounted on a wooden stand. So, now, I just have to regularly stop, breathe and make some space … if my agenda tells me so!


J’ai une passion pour la tenue des agendas, des listes et de l’organisation en général. Je ne l’assume pas toujours, mais beaucoup plus depuis que j’ai découvert que je ne suis pas la seule sur cette planète à adorer ça! J’ai suivi le cours de Marcy Penner à Studio Calico dernièrement, et ça m’a enlevé mes derniers complexes. Donc, je l’assume, j’aime ça. 

Je me suis souvent demandé pourquoi? Est-ce une tentative desespérée de contrôler une vie qui nous échappe? Un besoin de contrôle, une manie obsessionnelle… Ca arrive d’ailleurs que je m’y enferme dans mes todo’s lists. Plus plus plus… Mais justement, un agenda, ça m’aide à éviter ce piège. Ca m’aide à faire des choix, à les poser, à les prioriser. Il me semble finalement que ça m’aide à créer ma vie. Et ça, ça ne peut pas être mal, si? J’ai le sentiment de pouvoir mettre une intention dans la journée. J’aime aussi le sentiment d’accomplir des choses. J’avoue que pour moi, c’est le grand kif de ma vie : faire des choses, relever des challenges, avancer, découvrir, apprendre. Et l’agenda m’y aide. Parce que, si on n’y prend pas garde, on a vite fait de se faire engloutir par « toutes les choses qu’il y a à faire » et finalement à ne pas faire du tout ce que l’on tient à faire, ce qui nous est important. L’agenda et le planning aident à déterminer quels sont les gros cailloux à mettre en premier. Et les plus petits, qui sont finalement souvent du sable, viendront se glisser là au milieu. Il me semble que l’agenda me permet de rester saine d’esprit. De pouvoir poser les todos, de savoir qu’ils se feront, ils sont posés là, mais qu’ils peuvent bien attendre quelques jours voire quelques semaines. Ce ne sont pas des fenêtres sales qui mettront en péril mon existence!!

Précisons quand même que pour moi, tenir un agenda ne signifie pas seulement inscrire les rendez-vous distillés ici ou là, mais qu’il s’agit plutôt d’un planning quotidien, hebdomadaire, mensuel (oui, oui, il y a un petit côté obsessionnel, je sais!)… Cela signifie donc du temps consacré à le faire, à le suivre, à le tenir. Ca veut dire, faire un espace pour s’organiser. Et ça, pour moi, c’est sortir la tête du guidon. Savoir s’arrêter, regarder où l’on est, réfléchir là où on veut aller, c’est une démarche qui me paraît essentielle et que l’agenda me permet de faire jour après jour. Un genre de rendez-vous avec moi, avec ma vie. Un peu comme cultiver son jardin : faire de la place, arroser ce qui est important, ce qui en a besoin, enlever, organiser… Ca paraît tout de suite moins obsessionnel non? Le faire calmement, doucement, régulièrement… C’est presque une philosophie finalement…

J’ai découvert grâce au cours de Marcy Penner et d’autres planner addicts de nouvelles méthodes d’aide à l’organisation ou de « mise en beauté » de mes pages : codes couleur, décorations, bullet journal… Ça sera le parfait prétexte pour venir écrire un nouvel article à ce sujet. D’ailleurs, c’est une telle passion chez moi que j’envisage même d’ouvrir une rubrique à ce sujet… To be continued….

—————————————————————————————————————————

I’ve got a passion for keeping diaries, lists, agenda and for organization in general. I do not always assume it, but much more since I found out I’m not alone on this planet to love this! I followed the Marcy Penner‘s course at Studio Calico recently, and this took away my last complex. So I assume, I like it.

I have often asked myself why? Is this a desperate attempt to control a life that eludes us? A need for control, an obsessive mania? Maybe… I get sometimes locked in my todos’list, wanted to do more, more and more… But more often yet, my planner helps me to avoid this trap. It helps me to make choices, to prioritize. It helps me to create my life in a way. And that can not be bad, though? I put an intention in my days. I also like the feeling of accomplishing things. I confess : for me, the great thing of my life is to make stuff, follow challenges, progress, learn new things. And my planner helps me so. Because if we are not careful, we’re so quickly  swamped by « all the things that there is to do, » and finally do not at all or not enough what we love to do, what is important to us. The agenda and schedule help to identify the big rocks to put in first place. And smaller, which are often eventually sand will slip in the midst. It seems to me that the agenda keeps me sane. Able to ask the todos, knowing they will be done, they are waiting there, but they may well wait a few days or even weeks. Dirty windows won’t jeopardize my life !!

I must point out that, for me, an agenda is not only for the appointment’s enters, but it’s more of a daily, weekly, monthly schedule (yes, this is a little obsessive aspect, I know!) … This means to take some time for it, to make a space to organize. For me, it’s learning to stop, to look where I’m, to think where I wish to go. This process  is so important to me, essential and the agenda is the place I can do it everyday. A kind of appointment with me, with my life. It’s a bit like cultivating a garden :  water, remove, sort, plant… It seems any less obsessive, no?


I discovered through the course of Marcy Penner and other addicts planner, new ways to help the organization or « beauty care » of my pages, color coding, decorations, paper bullet … This will be the perfect excuse to come back here and write a new post about it. Besides, it is such a passion that I even considered opening a topic about it !?… To be continued ….


Pin It