Les carnets en accordéon

Aujourd’hui, je voulais vous faire partager ma dernière trouvaille : les carnets japonais ou carnets en accordéon.

Quand on pense “sketchbook”, on ne pense pas forcément en premier à des carnets pliés en accordéon, si? Mais, au moment où je cherchais une façon de collecter et de rassembler des images qui me servent de référence, j’ai soudain eu cette idée. Je voulais quelque chose qui fonctionne pour moi et ça n’était pas évident. Le carnet traditionnel ne fonctionnait qu’à moitié, parce que… et bien, il faut en tourner les pages. Je sais, c’est idiot! Mais ce que j’attends d’un carnet d’inspiration, c’est qu’il m’inspire! Et le format traditionnel n’est pas idéal pour permettre des associations inattendues et ne permet pas tout à fait à mon imagination de se déployer. Par contre, l’aspect “accordéon” du carnet japonais fonctionne beaucoup mieux.

J’avais besoin d’un carnet géant pour coller mes photos, celles découpées dans des magazines ou des livres, ou encore mes propres photos imprimés. En fabriquer un n’est pas difficile, vous avez juste besoin d’un papier assez épais, d’un plieur (option), d’une règle et de la colle. Démonstration :

 

 

Accordion Notebook Tutorial from Mireille Marchand on Vimeo.

J’ai tellement aimé rassembler mes images de cette façon que j’ai été tentée d’essayer ce type de carnet comme sketchbook pour mes dessin. Ici, pas nécessaire d’en fabriquer un, Moleskine en propose une version parfaite! Je l’adore jusqu’ici. Pas besoin de penser strictement composition comme on le ferait dans un sketchbook traditionnel. Il suffit de dessiner “comme ça vient”, d’ajouter un élément à un autre, de lier les deux. Quand on regarde aux deux pages devant soi, cela semble très classique, mais que on l’ouvre : c’est magique… cela devient une histoire en dessins! Cela me fait penser au jeu auquel nous jouions parfois enfant : on écrivait sur un bout de papier, on pliait la page de façon à cacher ce mot, on passait la feuille à quelqu’un d’autre qui a son tour écrivait un mot, un verbe, une phrase, etc… A la fin, quand on dépliait la page, on avait un texte, presque parfois un poème, en tout cas quelque chose de fun et de créatif. Les carnets japonais fonctionne un peu de la même façon. Je ne peux pas résister à la tentation de vous en montrer deux exemples, deux chefs d’oeuvre.

 

Accordino Moleskine Art

 

Celui de gauche est de  Tord Boontje et celui de droite de Takashi Homma. Magique, non?

J’espère que ce type de carnet pourra vous inspirer une nouvelle façon de conserver les notes, dessins et autres photos qui vous enchantent! Si c’est le cas, j’adorerais voir les vôtres!

 

Related Post



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*