L’ordinateur zen

850

Après l’article sur le travail à la planche à dessin, voici donc comme promis celui sur l’organisation du travail à l’ordinateur… Je dois d’abord vous avouer que j’aime vraiment, vraiment beaucoup le travail à l’ordinateur. Je dirais que c’est un peu mon média à moi. J’aime le dessin, le trait, mais je n’ai pas un goût très marqué pour la peinture. Par contre, mettre de la couleur à l’ordinateur, c’est un bonheur! J’aime ça. Mais l’ordinateur a ses pièges et peut être source de frustrations terribles si on n’apprend pas à les éviter. J’apprends donc et vous partage ici quelques réflexions et quelques pistes….

Le piège n°1 pour moi est que l’ordinateur fonctionne comme mon cerveau : très vite, passant rapidement d’une chose à l’autre…. “ah, oui, je pourrais faire ça, oh et puis vite ça, et puis comment on fait ça déjà, ah, et puis vite un tour sur ma messagerie…”. C’est un mode de pensée en mode rapide qui est peu satisfaisant au final. J’ai souvent un sentiment d’urgence renforcé, comme si tout devait être fini avant même d’avoir commencé.

Je tombe souvent, très souvent dans ce piège qui consiste à penser que le travail à l’ordinateur doit être “vite fait”. C’est vrai ça, non? Il suffit de quelques clics par ci, quelques clics par là et ça devrait être parfait… Mais ça ne fonctionne pas comme cela. En tout cas pas si souvent et ça peut même devenir très frustrant. J’ai donc appris que je dois mieux évaluer le temps dont j’ai besoin pour aboutir mon travail. Du mieux que je peux, je me pose la question : combien de temps ai-je à disposition? Combien de temps suis-je prête à investir? Combien de temps aurais-je à priori besoin (et cette estimation devient plus facile avec le temps). Eviter de foncer tête baissée sans réflexion préalable donc… Savoir ce que l’on veut, imaginer comment s’y prendre, organiser son travail. Une fois de plus, je pense que l’organisation en amont est importante pour rester saine d’esprit! Etre préparé à ne pas y arriver “du premier coup”, accepter l’idée de chercher… Et célébrer les nouvelles victoires!
Le piège n°2 est en lien bien sûr avec le n°1 et ma dernière remarque : il m’est souvent difficile d’avoir une réflexion élaborée à l’ordinateur. Je fonce, je fais, je réagis, je m’obstine, je m’entête, je dois trouver une solution… Il y a un recul qui est plus difficile à prendre. Est-ce le côté immatériel, non concret du travail à l’ordinateur, est-ce l’inexpérience? Toujours est-il que l’ordinateur tend à renforcer mon côté obsessionnel et que je dois être très attentive à amener de la réflexion et du recul dans mon travail pour éviter d’aller droit dans le mur.

Si l’on ajoute à cette difficulté d’élaborer une réflexion, le risque de dispersement que peut amener nos multiples fenêtres ouvertes, nos avertissements de messages et autres alarmes, la concentration et l’attention deviennent difficile. Beaucoup de spécialistes conseillent à présent la mono-tâche en encourageant à travailler en mode plein écran. Une seule fenêtre à la fois. C’est à tenter… c’est en tout cas bien de tendre à quelque chose qui ressemble à ça. La concentration, le focus, c’est aussi bon pour l’esprit et c’est tellement plus satisfaisant.
Le piège n°3 est peut-être l’aspect très “orienté résultat” de l’ordinateur. On accepte (plus ou moins) de jouer à la planche à dessin, on sait que ça fait partie du jeu qu’une partie de tout cela finisse au fond de la poubelle. Ca réveille une part d’enfant. A l’ordinateur, je trouve cela moins naturel. L’ordinateur se doit d’être efficace, demande un résultat, et rapide! Pourtant ici aussi (et peut-être plus encore), il y a des “happy accidents”: une manipulation qui ne donne pas le résultat voulu, mais qui est drôlement intéressant, voire même beaucoup mieux! Donc, jouer, se donner de l’espace et du temps pour le jeu ici aussi. Se donner le droit d’essayer, de tenter, de s’amuser. Enregistrer le projet dès le début, sauvegarder souvent, sauvegarder les nouvelles versions sous un autre libellé. Cela autant de fois que nécessaire… au final, le jeu ici est tellement plus facile, a tellement moins de conséquences définitives que sur la feuille de papier.
Le piège n° 4, mais j’aurais pu tout aussi bien pu le mettre en première position : l’ordinateur est chronophage! Le nombre de fois où je pense “vite faire un truc de dix minutes” et où je me retrouve deux heures plus tard toujours derrière mon écran à tenter ce truc (ou un autre et puis encore vite un autre…). Ca c’est le piège ultime pour moi et pour ma nuque! Là aussi, organiser le travail, tenter d’être claire sur ce que je veux faire et dans quel espace temps est essentiel. Pour m’y aider, je vous avoue mon astuce ultime : je mets la minuterie! Ce geste me permet de prendre un mini engagement vis-à-vis de moi-même (quand ça sonne, je fais une pause), cela me donne une perception concrète du temps qui passe (il faut une minuterie qui fasse tic tac!!), cela rythme et structure un travail qui autrement a vite fait de prendre beaucoup trop de place.Si pour le travail à la planche a dessin, le plus gros challenge c’est de s’y mettre et de commencer, pour le travail à l’ordinateur, le plus gros challenge serait plutôt de s’arrêter!
Voilà donc mes stratégies pour limiter les frustrations et pour un travail à l’ordinateur qui soit satisfaisant! Ca me demande passablement d’auto-discipline, mais j’apprends! Et je tente de me donner le temps d’apprendre…

Et vous? C’est la même chose pour vous? Quelles sont vos stratégies? Je serais curieuse d’en savoir plus!

Cet article marque le début de la pause estivale pour ce blog. Je publierai ici ou là quelques photos, des illustrations et quelques pensées à travers l’été, mais un peu en dilettante, sans contrainte… c’est le charme des vacances, non? Ca ne m’empêchera pas de travailler un peu et de vous préparer une petite surprise… Je vous en dirai plus à la rentrée!

Je vous souhaite un bel été, beaucoup de douceurs et de repos et me réjouis déjà de vous retrouver vers la mi août! Bel été et merci d’être là!

Related Post



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*