Le week-end dernier, j’étais donc à Paris… pour beaucoup de shopping, mais aussi un peu de culture (tout de même!). La matinée culturelle a été consacrée à l’exposition sur Pierre Bonnard au Musée d’Orsay. 
Je connaissais de lui sa palette, ses peintures aux couleurs si incroyablement vibrantes. Je ne connaissais par contre pas, ou n’avais pas été sensible jusqu’ici à son goût pour les motifs. Dès les premières peintures de l’exposition, ça m’a saisi. Cet homme peint comme on crée des patchworks : il n’a pas peur d’associer les motifs entre eux, toute sorte de motifs, comme on imagine les intérieurs d’autrefois et les murs couverts de tapisserie. J’ai eu le sentiment à certains moments que le sujet était accessoire, juste prétexte à dessiner un motif sur un tapis, un rideau, un châle, un table, des catelles, une tapisserie. Ca n’est pas si évident d’associer entre eux des motifs. C’est un équilibre difficile. Je m’y essaie, parce que j’adore ça au fond, mais je tâtonne beaucoup. J’ai un moment pensé : cette exposition va être une révélation. Mais dès les salles suivantes, Bonnard a découvert le sud et la Normandie, il a quelque peu délaissé les peintures d’intérieur pour planter son chevalet à l’extérieur. Il reste alors quelques motifs ici et là, sur une nappe, une robe, mais plus d’exubérance, plus de patchwork. 
Peut-être pas de révélation donc au final, mais de la couleur plein les yeux et de l’inspiration, ça oui. 
Pour aller plus loin, voici le lien vers le musée Bonnard qui rassemble une mine d’informations sur l’artiste et son oeuvre. 
————
So I was in Paris this last weekend … for a lots of shopping, but also a little culture (yes!). Cultural morning was devoted to the exhibition on Pierre Bonnard at the Orsay Museum. 
I knew his palette, his so incredibly vibrant paintings, full of colors. But I didn’t know that he loved patterns. From the first paintings in the exhibition, it was a shock for me. This man painted as we create patchworks: he is not afraid to associate a lots of patterns, as we can imagine the interiors of the past and the walls covered with tapestry. I felt that the subject was incidental, almost a pretext to draw a pattern on a carpet, a curtain, a shawl, a table, catelles or a tapestry. It is not so obvious to combine patterns. It is a difficult balance. I try this exercise because I love patterns, but it’s not obvious at all for me. I thought for a moment: this exhibition will be a revelation! But in the following rooms, Bonnard discovered the South and Normandy, he somewhat neglected interior paints for outdoors. We can find any patterns here and there, on a tablecloth, a dress, but no more exuberant patchwork.

So, no revelation, but full of colors and inspiration, yes.
To go further, here is the link to the Bonnard Museum that brings together a wealth of information about the artist and his work.

Related Post

Author

Pin It