Pourquoi j’aime l’idée d’un hobby

Crochet
Avez-vous un hobby, une activité créative ou plutôt récréative que vous faites à côté de ce qui occupe le gros de votre quotidien? Le dessin était au départ un hobby, quelque chose que j’aimais faire à temps perdu, puis force est de constater que cela a pris une autre ampleur. Ca a évolué vers quelque chose qui a pris une place plus importante, quelque chose que je prends très sérieusement. Et c’est bien, j’aime ce vers quoi ça a évolué, j’aime me passionner et mettre toute mon énergie dans un projet. Par contre, j’ai réalisé à un certain moment que j’avais besoin d’une nouvelle activité de détente, car je suis ainsi faite que j’ai besoin de “faire quelque chose”.

Ce qui différencie un hobby d’une activité principale, c’est surtout dans les attentes. Dans mon activité principale, actuellement l’illustration et les motifs, j’ai des attentes, forcément. J’ai des objectifs à atteindre, bien sûr, vous me connaissez!? Je me fixe des objectifs atteindre,  j’ai des todos liste, j’organise mon emploi du temps, etc…

En ce qui concerne mes hobbies, c’est “juste pour moi”. Je les fais quand j’ai envie, comme j’ai envie, sans contrainte temps, sans réel objectif. Mon seul objectif sera de finir mon ouvrage, mais ça n’est même pas toujours le cas! En tous les cas, je me donne beaucoup de temps, je ne suis pas pressée.  J’ai plusieurs hobbies, mais celui vers lequel je reviens toujours, c’est le crochet. J’adore crochetter. J’aime l’idée de faire une maille après l’autre et de créer quelque chose de très jolis au bout du compte. C’est très relaxant. C’est un peu comme dessiner un mandala, parce que j’aime le crochet de type « carré de grand-maman », plein de couleurs. Quand j’ai dit que j’ai peu d’objectif pour mon hobby, la couverture commencée il y a bientôt trois ans en est un bon exemple!  J’avance tout doucement, un carré après un autre. J’en suis probablement au-delà de la moitié, mais je suis loin d’avoir fini. Et c’est OK. C’est mon projet refuge, quand je m’ennuie un peu, quand mes mains ont besoin de bouger , de “faire quelque chose”.
 Tissage
Mais je sais aussi que mes névroses me culpabilisent souvent et que je peine à prendre le temps de m’arrêter et de crocheter (ou de tisser, c’est mon hobby préféré en ce moment!). Je culpabilise, je ne peux m’empêcher que “je devrais faire autre chose”, je ne devrais pas perdre mon temps, je devrais, je ne devrais pas… Pourtant il a été démontré que, quand on se sent coincé par un problème qui semble insoluble, détendre son esprit par une autre activité relaxante, qui mobilise d’autres canaux dans le cerveau, permet de trouver de nouvelles solutions ou du moins de voir les choses avec une nouvelle perspective. On l’a tous soi-même expérimenté à un moment ou à un autre, non? Même Albert Einstein avait recours à son hobby quand il ne parvenait pas à résoudre un problème mathématique : il jouait du violon! Il prétendait qu’après une heure de pratique, il trouvait la plupart des solutions à ses équations. Si même Albert Einstein…
Donc loin de perdre son temps, réhabilitons les hobbies, ces activités qui qui nous font du bien, qui ne sont pas productives, qui sont juste pour soi et son bon plaisir. Et si vous aviez besoin de vous donner la permission, dites-vous que c’est sur ordonnance du docteur Einstein! C’est suffisant non ?
Et si vous aviez besoin d’idées, jetez un oeil sur mon tableau Pinterest “1001 idées”…

Abonnez-vous au tableau 1001 ideas de Mireille Marchand sur Pinterest.

Related Post



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*