J’y pensais depuis quelques années, depuis que j’avais lu un article dans un magazine anglais sur trois jeunes femmes qui avaient ouvert une ferme florale en Cornouailles. L’idée m’avait plu. En fait, je l’avais adorée. J’ai tenté. J’ai échoué. Je ne l’ai fait qu’à moitié. J’ai appris. J’ai oublié. Puis j’y ai repensé. J’y ai d’autant plus repensé quand j’ai commencé d’écrire un roman dans lequel un personnage crée… une ferme florale. Alors je m’y suis mise sérieusement. C’est un gros projet, avec son lot de frustrations, d’attentes, de déceptions et d’euphorie. J’ai passé par tous les stades et plusieurs fois. J’ai beaucoup appris, comme on apprend de toutes nos frustrations. Je retiendrai surtout que jardiner demande infiniment de patience et que j’ai aimé avoir cette attention à mes plantations, aimé suivre leur progrès, trembler pour eux et finalement me suis tellement réjouie d’avoir de belles fleurs à couper et à offrir.

Pin It